Le Père Noël des Ordures

Chère Oreille Attentive… Je caressais cette utopie de t’écrire un poème existentiel hebdomadaire. Puis j’ai accordé mes ambitions à un poème existentiel mensuel. Et finalement, ça a l’air que le messager de mes pensées voyage à dos de poney et que ça prend terriblement goût à se perdre en cours de route… Chère Oreille Attentive, je t’ai écris une fable de Noël… Un poème existentiel saisonnier.

12 décembre 2019, 2h du matin, post représentation de LA FORCE DE LA GRAVITÉ…

Je traverse Marseille au cœur d’un mois de décembre couleur asphalte. Chargée comme un mulet, je transporte ma cargaison. Sur mon dos, dans mon coeur d’artichaut, de la maison où j’ai performé vers ma maison à moi. Mon ombre en grève, je zig-zag solo sur le flanc de la métropole qui dort. Avec les semelles de mes souliers jaunes (gris), j’écorche ses côtes désertes, ses avenues lapidées par une série de soleils lampadaires de 1000 Watts. Le cerveau en mode transat, je lèche chacune de ses vitrines illuminées. Des sarcophages ouverts sur des momies commandités ADIDAS, APPLE, COCA-COLA… R.I.P les momies!

Serviette de graisse de kebab au vent. Des grandes avenues déprimes, je dérive vers les trottoirs sauvages…

Un matelas sans chambre. 50 punaises de lit dansent la Cumbia sur la jambe d’une vieille Rom qui ronfle. Une cage d’escalier. Fresque de moisissures, sprint de cafards, une prostituée typée armoire à glace honore son cadre de porte. “Bonsoir” “Bonsoir”… Voix de miel. Joyeux Noël!

Et puis apparaît sur l’horizon, un jeune homme barbu avec un sac poubelle balancé sur son épaule. Énorme le sac poubelle. Courbé le garçon. Longue la barbe à la ZZ Top. Il glisse. La barbe au vent. Tiré sur son skateboard par deux Bulldogs. Chacun de ses Bulldogs prisonnier d’un joyeux collier de grelots qui sonnent à chaque enjambée gling gling gling gling gling. De plus en plus forts, de plus en plus prêts les grelots gling gling GLING GLING GLING! Jusqu’à hauteur de mon tympan…

« Excusez-moi mademoiselle, vous avez de quoi faire à manger? ».

Chargée comme un mulet oui mais avec à manger non.

« Désolée collègue, bonne soirée »

« Non j’veux dire, vous avez de quoi faire à manger? » …

Le garçon ouvre son sac poubelle noir de 30 litres. Il sort des paquets de filet de saumon rose, viande hachée, petites bouchées apéritifs Boursin… Le tout meilleur avant aujourd’hui donc un peu moins meilleur mais encore bon à partir d’aujourd’hui… Poubelles deluxes. Cadeaux sous-vides. Trésors cachés des grandes surfaces. Mes sacs déjà trop pleins, mais le portefeuille vidé par les mauvaises décisions en rafales des derniers mois, je trouve un trou dans ma nuit pour glisser 2-3-4 filets de saumon et le petit paquet de petites bouchées apéritifs Boursin.

« Hey, Merci… Joyeux noël!…!? »

« Roh Roh Roh! »

Le jeune homme barbu rit. Un rire rauque plein de lumières Leds qui scintillent.

Parapapampam! Le Père Noël des Ordures rechevauche son skateboard, siffle le coup de départ à Dupont et Dupont (ses deux rennes de race Bulldogs) et ils s’élancent dans la nuit, disparaissent sur l’horizon en friche, en joie. GLING GLING gling gling gling… Et moi je continue ma traversée aléatoire du désert. Aucune urgence à retrouver ma maison. Mon sac un peu plus lourd, mon coeur d’artichaut un peu plus chaud.

Comme chaque nuit, un monde souterrain se déployait. Discrètement. Les indésirées, les inadaptés, les monstreux, monstrueuz, les malades imaginaires et tous les génies médicamentés prenaient possession du territoire. Les rats de la ville rampaient hors de leur terrier labyrinthe et rejoignaient la surface de la terre hostile pour se nourrir des poubelles de ceux qui vivent le jour, sous le soleil, derrière des lunettes de soleil GUCCI.   

Un ballet. Un casse-noisette d’éclopés dans lequel ce soir-là je figurais. Un petit rat dans un chœur d’autres petits rats en tutu.

« Bonsoir » « Bonsoir »… Voix de miel. Joyeux Noël.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.